L'oeuvre est actuellement exposée à : Château des Izards

Type d'art :
Photo numerique couleur
Thème :
Architecture, Fantastique, Paysage urbain, Portrait, Scène d'extérieur.
Mots-clefs :
mannequins
autoroutes
critique sociale
paris
street art
solitude
conformité
mode
marques
life style
Dimensions :
80 X 60 X 1 cm
Description :

Déshumanité est le résultat d’un voyage/passage en Belgique passant par les autoroutes de banlieue parisienne. Perturbée par une sensation étrange pendant les heures et des heures d’attente dans les embouteillages, passant par les “camps de manouches” au implantés au bord des autoroutes, côte à côte avec des centaines de personnes seules dans leurs voitures, radio, téléphone, chic, ... et seul. ... j’ai pris plein de photos en basse résolution, en vitesse, je me suis mis à couper mannequins et autoroutes, j’ai laissé interagir les différentes photographies pour créer des compositions nouvelles. Je me questionne sur la manière dont le mode de vie urbain déshumanise les gens, les désensibilise. Typiquement l’embouteillage : c’est l’expression la plus pure de cela, car il y a une agglomération des gens tous séparés les uns des autres par des carcasses métalliques qui les empêchent de se parler. Les voitures transpercent des banlieues et survolent sans les voir les bidonvilles des miséreux. L’autoroute comme structure porteuse de cette série canalise ce flot d’humains vers leurs destinées. L’autoroute croise et interagit avec les mannequins uniformes, leurs têtes et leurs âmes élevées vers le ciel. Mannequins comme des avatars de nos ambitions, standardisés mais stylés, porteurs des pensés et des humanités qui essayent en vain de s’extirper de cet univers par des moyens artificiels (consommation, drogue, etc.) qui paradoxalement les vitrifient dans un moule déshumanisant.